Notice: Undefined variable: menu_list in /home/panachec/public_html/blvforschungsbericht/wp-content/themes/BLV/templates/menu/lang-menu.php on line 25
  • de
  • fr
  • it
  • en

Santé animale et santé publique vétérinaire

Les priorités de la recherche dans le domaine spécialisé de la santé animale et de la santé publique vétérinaire sont influencées par les besoins en recherche découlant de la stratégie Santé animale en Suisse 2010+ et du projet partiel Animaux de la Stratégie nationale Antibiorésistance (StAR). L’accent est mis ici sur les épizooties et zoonoses combattues sur le plan international ainsi que sur les maladies infectieuses aux conséquences économiques notables. En outre, une importance accrue est accordée aux épizooties émergentes ou réémergentes causées par les changements climatiques, l’augmentation des migrations et l’accroissement du tourisme et du commerce internationaux.

Les questions centrales sont la détection précoce et la prévention des maladies, ainsi que les analyses coût/bénéfice des mesures de prévention, de contrôle et d’éradication. Dans ce contexte, on examine des mesures telles que l’alimentation et les systèmes de détention ou de gestion, qui permettent de réduire l’utilisation d’antibiotiques. L’étude des maladies infectieuses des animaux de rente qui ont des répercussions économiques importantes est poursuivie en coordination et en collaboration avec d’autres institutions, notamment agricoles. La connaissance de la biologie des micro-organismes et des interactions entre l’hôte, l’agent pathogène et le vecteur est une condition indispensable pour pouvoir obtenir des résultats efficaces et efficients dans la prévention, la surveillance et la lutte contre les épizooties. L’élaboration de connaissances sur la genèse, le développement et la propagation des maladies transmissibles constitue donc une priorité permanente.

 

Prévention des épizooties et des zoonoses

  • Prévention pour empêcher l’introduction de l’agent pathogène dans les cheptels ;
  • Application de mesures de biosécurité dans l’exploitation (bonnes pratiques d’élevage) ;
  • Méthodes visant à accroître et à mesurer la sensibilisation aux maladies ;
  • Nouveaux outils technologiques dans le domaine des vaccins et du diagnostic des maladies transmissibles intéressant l’OSAV, mais qui représentent des marchés de niche au niveau international (p. ex. vaccins que personne ne développerait par manque de lucrativité) ;
  • Étude du rôle et de la fonction de réservoir joués par les animaux sauvages ;
  • Sous-produits animaux : méthodes et évaluations des risques portant sur l’inactivation des agents pathogènes, biosécurité lors de la fermentation de matières organiques animales dans les exploitations agricoles ;
  • Mesure de l’efficacité et de la rentabilité des actions de prévention ;
  • Acquisition de connaissances sur les agents zoonotiques latents des animaux de rente, que l’on trouve aussi dans les plantes servant de base aux aliments pour les humains et les animaux. Constitution de collections de souches caractérisées de manière adéquate (typage de virulence et génotypage).

 

Systèmes de monitoring et de surveillance

  • Systèmes d’alerte précoce : outils efficaces de détection précoce d’épizooties et de zoonoses émergentes ou réémergentes ;
  • Étude et développement d’outils de surveillance des syndromes ;
  • Affinement et développement ultérieur de méthodes utilisées dans les programmes de surveillance afin d’en augmenter la sensibilité et la rentabilité ;
  • Études des corrélations entre les résultats de l’examen des animaux avant l’abattage (contrôle ante mortem), les résultats du contrôle des viandes et les problèmes du troupeau.

 

Lutte contre les épizooties et les zoonoses et contrôle de celles-ci

  • Modélisation des foyers d’épizooties et de zoonoses avec différentes stratégies de lutte en prenant en considération différentes méthodes technologiques ;
  • Développement de tests de diagnostic sensibles, spécifiques et économiques, utilisables dans les programmes de surveillance, de contrôle et de lutte ;
  • Rapports coût/bénéfice des programmes de lutte, notamment contre les maladies infectieuses aux conséquences économiques importantes ;
  • Analyses coût/bénéfice des mesures, des interventions et des programmes de lutte visant à améliorer la sécurité des denrées alimentaires d’origine animale ;
  • Stratégies et mesures visant à réduire l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux de rente, et plus particulièrement relevé et analyse des flux quantitatifs d’antibiotiques ainsi qu’analyse des corrélations entre consommation d’antibiotiques et capacité de résistance, voire évolution de cette dernière, de même qu’amélioration de la santé des veaux ;
  • Prise en compte des aspects de la comparabilité régionale et suprarégionale.